Lexique

AMF : Autorité des Marchés Financiers. Organisme de tutelle de la bourse de Paris qui assure la sécurité de l’épargne et réglemente les marchés. Cet organisme a remplacé la COB et d’autres organismes de contrôle boursier en 2004.
Alléger : vendre une partie des actions que l’on détient.
Acompte sur dividende : parfois, les sociétés versent leur dividende en plusieurs fois et notamment font un premier versement partiel du dividende sous forme d’acompte en anticipant ainsi le dividende futur. Dans le cas d’un versement fractionné du dividende, les sociétés le versent en 2 ou 3 acomptes au maximum.
Assurance vie : contrat ouvert avec un intermédiaire qui ouvre droit a des avantages fiscaux en terme de succession mais aussi au bout de 8 ans en terme de bénéfices. Ce contrat est constitué de 2 parties : le fond en euros et les unités de compte.
Actionnaire : se dit d’une personne qui possède des actions d’une société.

Baisse technique : baisse d’un titre sans raisons apparentes. La baisse peut être due à des prises de bénéfices et n’est pas liée à la réalité financière de l’entreprise.
Bear : Expression anglo saxonne désignant une baisse d’un marché ou d’un titre. L’illustration qui convient est celle d’un ours (bear) qui attaque avec ses griffes de haut en bas.
Brocker : courtier, société permettant aux particuliers et aux entreprises d’acheter des devises, actions, ou autres actifs financiers, c’est l’intermédiaire.
Bénéfice net par action (BNPA) : Bénéfice net de la société divisé par le nombre d’actions existant et à créer. De manière plus simple, il s’agit du résultat net divisé par le nombre d’actions. Il est utilisé notamment pour calculer le PER, et pour connaître la part de bénéfice attribué à chaque action. Ceci permet de comparer plusieurs années de bénéfices alors que le nombre d’actions a été modifié.
Bull : expression anglo-saxonne désignant une hausse d’un marché ou d’un titre. L’illustration qui convient est celle d’un taureau (bull) qui charge de bas en haut.

Compte titre : compte offrant la possibilité de détenir des valeurs mobilières contrairement à un compte chèque. Toute transaction en bourse s’effectue à travers un compte titres.
Capitalisation Boursière : nombre de titres d’une entreprise multiplié par le dernier cours connu.
Correction : Baisse brutale des marchés. Il s’agit le plus souvent de prises de bénéfices.
Coupon : synonyme de dividende. Somme d’argent versée annuellement aux détenteurs d’actions et d’obligations. Pour les actionnaires, il s’agit d’une part sur les bénéfices de l’entreprise mais il n’est pas rare que l’entreprise ne distribue pas de coupons. Pour l’obligataire, part relative au montant des intérêts dus par l’entreprise en contrepartie de la somme prêtée par l’obligataire.
Crise des subprimes : Cette crise a été provoquée en 2007 et 2008 par l’effondrement du marché de l’immobilier à risque aux Etats-Unis : la hausse des taux variables a contraint des millions d’Américains endettés à quitter leur habitat à cause de leur incapacité à rembourser. Le marché de l’immobilier à été ainsi saturé par les ventes des logements récupérés par les banques, dont bon nombre n’ont pu être vendus. Ainsi, les banques ont été contraintes de provisionner de très lourdes pertes.
Crowdfunding : Le crowdfunding (ou financement participatif) est un mécanisme qui a pour objectif de collecter les apports financiers d’un grand nombre de particuliers au moyen d’une plateforme Internet. L’objectif de cette collecte est le financement d’un projet. Ces projets peuvent concerner aussi bien l’immobilier, que l’art, ou encore l’agriculture, etc.
Code ISIN : ce code est le véritable numéro de sécurité sociale d’une valeur boursière. Il comporte 12 caractères dont les deux premiers sont des lettres qui désignent la nationalité de la société (FR pour France par exemple).
Code mnémonique : Abréviation qui désigne une société cotée. Par exemple, le mnémonique de France Télécom est FTE. Le code mnémonique est également appelé ticker.
CSG : Contribution Sociale Généralisée. Impôt touchant tous les types de revenus et finançant en grande partie la sécurité sociale.
 
Dérivé (produit) : Les produits dérivés sont des produits financiers ayant pour base un autre produit, le sous-jacent, et rajoutent souvent un effet de levier et du risque.
Détachement de dividende : Opération physique pendant laquelle le dividende se détache de l’action. Le dividende est alors perçu par l’actionnaire, et l’action perd l’équivalent sur le niveau de son cours.
Date de jouissance : date à partir de laquelle les intérêts commencent à courir lors de la détention d’une obligation. Pour une action, c’est la date à partir de laquelle le dividende commence à courir.
Day trading : Ouverture et fermeture d’une ou plusieurs positions dans la même journée, afin de jouer sur des variations à très court terme (intraday).
Diversification : technique de gestion d’un portefeuille veillant à répartir ses avoirs sur plusieurs actifs (différentes actions, autres produits financiers, différentes zonez géographiques…) afin de limiter le risque.
Dividende :Montant des bénéfices distribués à chaque détenteur d’actions. En cas de déficit chronique de l’entreprise, il n’est pas rare que l’actionnaire ne reçoive aucun dividende.
Dividende exceptionnel : dividende particulièrement élevé, versé aux actionnaires en raison d’une opération exceptionnelle : cession d’une filiale, etc.
Dividende majoré : certaines entreprises majorent leurs dividendes en fonction de divers facteurs, en général pour récompenser la fidélité des actionnaires les plus anciens.
Droit de garde : montant des frais perçus par votre intermédiaire financier en contrepartie de la conservation de vos titres dans ses livres de comptes.
 
EBITDA : Earnings Before Interest, Taxes and Depreciation Accumulated. C’est l’équivalent de l’EBE, l’Excédent Brut d’Exploitation qui représente la différence entre les produits d’exploitation et les charges d’exploitation consommées.
ETF (Exchange Traded Funds) : Il s’agit du nom donné aux Trackers lors de leur lancement aux USA en 1993.
 
Fonds commun de placement ou FCP : organisme collectif de placement et de gestion de titres.
FCPI : Fonds Commun de Placement dans l’Innovation. C’est un FCP investi sur les sociétés innovantes.
FED (Federal Reserve) : la réserve fédérale américaine est la banque centrale des Etats-Unis. Elle contrôle le système bancaire américain avec pour objectif de maîtriser l’inflation, maintenir les taux d’intérêts et de permettre le plein emploi.
Foncière : se dit des sociétés dont l’activité est liée à l’immobilier.
Fond de portefeuille : on parle de valeurs de fonds de portefeuille lorsque l’on évoque les actions des plus grosses sociétés du CAC 40 et connaissant une croissance régulière depuis de nombreuses années.
Fonds actions : désigne un fonds dont l’investissement est composé au minimum de 60% d’actions.
Fonds alternatif : fond utilisant des stratégies multiples afin de diminuer le risque du fond tout en accroissant son rendement.
 
Gap : C’est un écart entre le cours de clôture et le cours d’ouverture dans lequel l’action n’a pas été cotée. Par exemple l’action clôture à 32 euros pour ouvrir le lendemain à 40 euros, dans ce cas il y a un gap de 8 euros.
 
IFU : « imprimé fiscal unique ». C’est un document adressé par un courtier à ses clients en fin d’année et qui permet de faire sa déclaration fiscale. Il mentionne notamment le montant des plus ou moins-values ainsi que le total des cessions réalisées pendant l’année.
In Fine : désigne le remboursement en totalité d’un emprunt à son échéance et non tout au long de la durée de sa vie.
Indice boursier : moyenne, pondérée par les capitalisations boursières ou non, des cours d’un échantillon d’actions. Un indice mesure la performance générale d’un marché ou d’un secteur. Le plus connu en France est le CAC 40.
Indice de référence (ou « benchmark ») : indice utilisé pour comparer la performance d’un fonds d’investissement (SICAV, FCP) avec un secteur ou un marché. Si le fonds a une stratégie de gestion sur les actions françaises, ont comparera sa performance avec le CAC 40.
Indice composite : indice calculé à partir de plusieurs autres indices.
 
Krach : chute brutale du cours, non pas d’une action, mais de l’ensemble du marché. La mondialisation des marchés tend à faire disparaître la notion de krach national. Lorsqu’un krach survient sur une des grandes places boursières, il se répercute aussitôt sur l’ensemble des autres places, avec plus ou moins de force. Souvent plus de 20% de chute. 
 
Liquidité (ou « liquide ») : on dit d’une valeur ou d’un marché qu’il présente une forte liquidité si les transactions sont nombreuses et garantissent de pouvoir rentrer et sortir à tout moment.
 
MACD (Moving Average Convergence Divergence) : c’est un oscillateur de moyennes mobiles exponentielles. Les signaux d’achat et de vente sont donnés quand le MACD devient positif ou négatif.
Marché au comptant : marché sur lequel les opérations sont réglées immédiatement. Il n’y existe pas de possibilité de crédit comme sur le SRD.
MSCI World : Indice boursier calculé par Morgan Stanley Capital International qui regroupe des valeurs cotées dans le monde entier.
 
Nasdaq : marché américain créé en 1971 et regroupant des sociétés à fort taux de croissance, principalement du secteur technologique. On y retrouve notamment Microsoft, Yahoo ou encore Google.
NYSE : New York Stock Exchange est le principal marché boursier américain et numéro un mondial. Le NYSE a été créé en 1792.
Nikkeï : indice du marché des actions de Tokyo, il à été crée par la société américaine Dow Jones après la guerre. Son nom réel est l’indice Nikkeï Dow Jones, il n’est pas coté en points mais en yens. Il contient 225 valeurs.
 
Obligation : l’obligation est une valeur mobilière. C’est un titre de créance qui représente la fraction d’un emprunt obligataire dont l’émetteur peut être une entreprise publique ou privée, un Etat ou une collectivité locale. L’obligation permet à son émetteur d’emprunter des capitaux avec des modalités connues à l’avance (durée, taux d’intérêt, date de remboursement), elle représente une dette vis-à-vis des investisseurs.
Obligataire : désigne l’investisseur en obligations.
OPCVM : OPCVM signifie Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières. Ce sont des structures de placement collectif qui recouvrent principalement deux types différents, les SICAV et les FCP. L’OPCVM est un produit d’épargne investi en valeurs mobilières et géré par un professionnel (une société de gestion). Les souscripteurs d’OPCVM peuvent ainsi intervenir sur les marchés financiers en déléguant la gestion des fonds au gérant. L’AMF donne un agrément pour tous les OPCVM avant leur diffusion aux clients.
Ordre stop : désigne l’ordre de bourse « à seuil de déclenchement ». Cet ordre permet notamment de protéger une position boursière d’une trop forte perte.
 
Prendre ses pertes : vendre une action dégageant des moins-values dans le but d’éviter une baisse future du titre. Il faut mieux parfois accepter une perte de 10% sur une opération, plutôt que de bloquer ses liquidités sur une longue période en attendant la remontée du cours. L’expression « se couper la main plutôt que le bras » est également utilisée.
PEE : Plan Epargne Entreprise. C’est un plan d’épargne proposée par l’entreprise à ses salariés, souvent, l’entreprise abonde les versements du salarié sur ce plan qui est bloqué 5 ans.
PER : Price Earning Ratio. Il s’agit du cours de l’action divisé par le BNPA (Bénéfice Net Par Action). Pour simplifier, on peut dire qu’il s’agit du nombre d’années de bénéfices que l’acquéreur est prêt à débourser pour acquérir la société. Dans le cas d’OPA, de nombreux analystes basent le cours théorique de rachat par rapport aux PER des concurrents.
Petits porteur : se dit des petits actionnaires individuels d’une société
Produit dérivé : instrument financier dérivé d’un actif support (action, obligation, etc.). Il s’agit des warrants, options, futures, etc.
Produit structuré : C’est un placement financier qui permet de gérer le couple risque/performance. Le produit structuré comprend un placement sécuritaire, (souvent des obligations), et un placement à risque qui permet de doper la performance du produit. Le couple risque/performance pourra ainsi être moduler en choisissant la proportion des deux types de placement à l’intérieur du produit.
PRU : Prix de Revient Unitaire.
Plan d’épargne en action ou P.E.A : compte titres spécifique créé en 1986. Il était destiné à favoriser un actionnariat de masse. Le PEA permet de gérer un portefeuille d’actions européennes en franchise d’impôts sur les dividendes et les plus-values, à condition de ne pas procéder à un retrait sur les cinq années qui suivent l’ouverture du plan. Les versements sont limités à 120 000 euros par personne (240 000 euros pour un couple marié) et le PEA n’échappe pas au RDS, CSG et prélèvements sociaux (10% sur l’ensemble des gains à la clôture du plan).
Plus-value : différence positive entre l’achat et la vente d’un bien, synonyme de gain.
Pondérer (Sur ou Sous) : sur ou sous pondérer se réfère à une conception ou la référence serait de détenir un portefeuille boursier qui répliquerait le marché en général, c’est à dire qui détiendrait toutes les valeurs avec leur poids dans la capitalisation totale dans le marché. Comme il n’est pas possible d’avoir toute la cote, on peut aussi considérer un portefeuille répliquant un indice, le CAC 40 par exemple. Sur pondérer veut dire alors détenir plus d’une valeur que ce que justifierait cette approche, parce que l’on s’attend à ce qu’elle se porte mieux que le marché en général, ou l’indice de référence. Sous pondérer est évidemment le contraire.
 
Quotité : la quotité représente le nombre minimum de produits (warrants le plus souvent) pouvant être négociés. A présent, la plupart des émetteurs permettent de traiter les warrants à l’unité, ainsi la quotité est généralement égale à 1.
 
Quorum : part du capital qui doit être présente ou représentée obligatoirement à une assemblée d’actionnaires ou d’obligataires.
 
Renforcer : terme désignant le fait d’acheter une valeur que l’on possède déjà en portefeuille. Cette recommandation peut être effectuée après une chute du titre pour réaliser une moyenne à la baisse ou bien si l’on constate que le titre a encore un potentiel d’appréciation important.
Rentabilité : c’est le montant de la plus value que vous retirez de la cession d’actions au quelle on ajoute le rendement que vous avez reçu
Repli : désigne la chute d’une valeur après une hausse.
Résistance : niveau ou zone qu’une action, un indice ou tout produit financier a du mal à franchir à la hausse (Contraire de support).
Ratio Cours/Bénéfice : rapport entre la valeur boursière d’une société et son bénéfice après impôts, ramené à une action. On calcule d’abord le bénéfice par action en divisant le bénéfice net de la société par le nombre d’actions. Puis on obtient le ratio cours/bénéfice en divisant le cours de l’action par le bénéfice par action. Ce ratio permet de comparer la valeur boursière des sociétés selon le marché, le secteur et le cycle.
Ratio de solvabilité : rapport entre l’endettement net(dettes financières – disponibilités et valeurs mobilières de placement) et les fonds propres de la société. Ce ration permet ainsi de calculer la capacité à long terme d’une société à rembourser une dette.
Risque de change : on parle de ce type de risque si des investissements sont faits dans une devise différente et que l’évaluation de la devise dans laquelle est libellé l’investissement se déprécie par rapport à notre devise de référence. Exemple, un européen achète des actions américaines en dollar.
Risque de contrepartie (de solvabilité) : c’est le risque pour un créancier de perdre définitivement sa créance dans la mesure où le débiteur ne peut pas rembourser la totalité de ses engagements.
Risque de liquidité : c’est le risque de ne pouvoir vendre à son prix un titre financier. Il peut se traduire, soit par une impossibilité de le vendre, soit par une décote dite d’illiquidité.
Risque de marché : risque lié au marché dans son ensemble, en opposition au risque spécifique.
Rendement : a ne pas confondre avec rentabilité. Il s’agit du montant du dividende divisé par le cours de l’action. La moyenne des rendements des actions cotées en bourse est proche des 3 %. Il existe deux types de rendements comme il existe deux types de dividendes : – le dividende net : le dividende que vous recevez directement par la société. – le dividende global : dividende net + avoir fiscal.
RSI ou Relative Strengh Index : oscillateur simple borné, il montre l’état de tension du marché. Un marché qui monte (baisse) tend vers 100 (0) ; entre 70 et 100 (30 et 0) on considère que le marché est suracheté (survendu). Dans les zones de tensions, on doit s’attendre à une correction.
 
Spéculer : Effectuer des opérations financières dont on espère tirer un bénéfice très rapide du seul fait de la variation des cours.
SRD ou service de règlement différé : Ce système a remplacé le règlement mensuel depuis le 25 septembre 2000. Ce service permet de payer à crédit une sélection de valeurs (environ 160) qui sont les plus importantes du marché.
SCI : Société Civile Immobilière. Société souvent utilisée par les particuliers pour gérer leurs biens immobiliers.
SCPI : Société Civile de Placements Immobiliers.
Stop loss : Ordre de vente à seuil de déclenchement. Utilisé en gestion active pour limiter ses pertes en cas de baisse du cours. Par exemple, si on place un stop loss à 4%, celà signifie que si le cours du titre baisse de 4%, le titre sera automatiquement vendu afin de limiter les pertes au cas où le cours descendrait encore plus bas.
SICAV : Société d’investissement à capital variable. Organisme de placement collectif entrant dans la catégorie des OPCVM.
Support : Niveau ou zone sur lequel se produit plusieurs fois un rebond des cours (Contraire de résistance).
 
Tracker (ou ETF) : ce sont des fonds indiciels cotés en bourse qui répliquent les performances d’indices ou d’un panier d’actions. Ils sont négociables comme une action par le biais de votre intermédiaire habituel. Ces trackers sont émis par des banques ou des sociétés de gestion. Ces fonds sont cotés sur un marché dénommé NextTrack.
Trader : c’est l’opérateur en salle de marché, c’est à dire celui qui prend des positions pour sa clientèle ou pour sa société.
Tulipomania : Nom donné à la crise financière provoquée au XVIIème par l’effondrement d’une bulle spéculative sur les bulbes de tulipes.
 
Usufruit : conséquence du démembrement de propriété, l’usufruit matérialise le droit de jouir d’un bien et d’en percevoir les fruits (dividendes et intérêts pour les valeurs mobilières), sans en avoir la propriété.
 
Valeur cyclique : se dit d’une valeur qui évolue en grands mouvement de tendance, telles que les valeurs sidérurgiques, car leurs fondamentaux dépendent souvent de facteurs macro-économiques.
Vente à découvert : vente d’actions que vous ne possédez pas. Ceci n’est intéressant que si vous pensez que le cours de l’action va chuter avant que vous ne rachetiez. Cette possibilité n’est offerte que sur le SRD. Si le prix du rachat est inférieur (supérieur) au prix de vente, l’initiateur de l’opération est crédité (débité) en fin de mois. Il est possible de reporter une vente à découvert.
Volume
Nombre de titres échangés dans la même journée.
Valeur mobilière : catégorie de titres financiers, qui peut être soit un titre de propriété (action), soit un titre de créance (obligation), et qui confère des droits standardisés (droit au même coupon ou dividende, cotée sur la même ligne en bourse, etc., pour une émission donnée ayant le même montant nominal).
Valeur mobilière de placement : titres financiers que les sociétés acquièrent avec leurs surplus de trésorerie, afin d’obtenir un taux de rentabilité correct sur le court terme.
 
Warrant : appelé aussi bon d’option. Produit semblable dans son principe à une option, mais qui est juridiquement une valeur mobilière cotée au comptant. Il ne peut pas être vendu à découvert. Il permet d’acheter (Call warrant) ou de vendre (put warrant) une certaine quantité (quotité) d’une valeur support quelconque (action, obligation, indice, devises, etc.) à un prix fixé (le prix d’exercice) jusqu’à une date déterminée (l’échéance). Les warrants sont généralement émis par des banques qui en assurent la cotation en continu.
 
Yield : terme anglo-saxon qui désigne le rendement d’un titre.